Manager : Reverse Mentoring

Manager : Usez du reverse mentoring pour faire progresser vos dirigeants !

Le reverse mentoring : la clé pour monter en compétences digitales

Le reverse mentoring, ou mentorat inversé, donne le pouvoir aux jeunes générations, qui enseignent à leurs aînés l’art d’utiliser les outils digitaux. Cette pratique à de nombreuses vertus. Voici les trois principales :

Développement des compétences

Le top management, souvent constitué de cadres d’une cinquantaine d’années, n’est pas toujours familier des outils digitaux. Pour les aider à maîtriser leur environnement numérique, des salariés issus de la génération Y -les personnes nées entre les années 80 et 2000- sont de plus en plus sollicités. Leur valeur ajoutée ? Une culture digitale approfondie. Sensibilisation aux techniques de référencement, capitales pour la visibilité, apprentissage des codes des réseaux sociaux… le mentorat inversé complète la palette technique des meneurs d’hommes. L’objectif est double : leur permettre de mieux comprendre les enjeux stratégiques du numérique et optimiser le pilotage de leur société.

Rapprochement des générations

En plus de ses vertus pédagogiques, le reverse mentoring participe à rapprocher les générations, qui ne partagent pas toujours le même point de vue. En effet,  les « X », nés entre les années 60 et 80, adhèrent à une structure hiérarchique pyramidale plutôt figée, quand les Y plaident pour une organisation horizontale, décloisonnée. Aussi, ces derniers veulent peser dans les décisions stratégiques, ou encore s’adresser librement à leur N+3 ou même à leur chef d’entreprise. Des souhaits qui peuvent être exprimés par les digital natives et compris par les décideurs  pendant les sessions de mentorat inversé, propices aux échanges informels. Le but : faciliter le dialogue entre les générations pour doper son attractivité et gagner la guerre des jeunes talents, qui choisissent les entreprises ayant compris leurs aspirations.

Fidéliser les « digital natives »

Enfin, le reverse mentoring est un levier de motivation pour les jeunes salariés. La reconnaissance de leurs compétences technologiques leur confère une autorité, qui facilite leur intégration en les valorisant dès leur arrivée dans l’entreprise. A la clé : davantage d’implication chez les Y et moins de démissions pour la concurrence. Le mentorat inversé n’est pas seulement un outil pédagogique : il limite également le taux de turnover des digital natives et contribue ainsi à constituer des équipes soudées au long-terme.

montée en compétences

Une réflexion sur “Manager : Usez du reverse mentoring pour faire progresser vos dirigeants !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *