Et si vous arrêtiez d'ennuyer vos collaborateurs

Arrêtez d’ennuyer vos collaborateurs avec vos reportings, c’est possible ?

Reporting, rapport d’activité, communication sur les chiffres sont autant d’occasions ratées pour motiver vos équipes.

Qu’elles soient collectives ou en face à face, ces réunions suscitent aujourd’hui au mieux de l’intérêt, au pire de l’ennui.

Dans cet article publié sur le site de la Harvard Business Review (HBR), Nicolas Dugay nous donne des solutions pour rendre ces rapports d’activité plus vivants.

Il est évidemment nécessaire de valider l’alignement entre les résultats et les objectifs, voire la stratégie. Le reporting est en cela parfaitement légitime. Néanmoins, il possède en son sein plusieurs écueils.

En effet, le reporting :

– est basé sur le passé, par définition, et est donc construit et animé en mode constat

– arrive souvent trop tard et ne permet pas d’améliorer de façon continue une situation

– est descendant avec 40 slides ou 39 tableaux !

– comporte une multitude de chiffres, KPIs, toujours plus complexes et indigestes

– est porté par un orateur qui, au mieux, a de réelles compétences en prise de parole en public, mais c’est souvent loin d’être le cas

– génère un concours de justifications

1ère étape : des KPIs aux… KPIs

Et si vous passiez des « Key Performance Indicators » aux « Key Progression Indicators » ? Bien entendu, les indicateurs de résultats sont nécessaires pour mesurer l’activité. Mais ils doivent être complétés d’indicateurs de pilotage qui, observés plus fréquemment, permettent d’ajuster le tir et d’atteindre les objectifs de résultat. Par ailleurs, au-delà des indicateurs émanant du business, que nous nommerons VOB (Voice Of Business), nous vous recommandons de suivre des KPI VOC (Voice Of Customer). Le client étant le dénominateur commun autour duquel tout le monde se retrouve.

Pour découvrir l’intégralité de l’article et connaître les bonnes pratiques pour ne plus ennuyer vos collaborateurs avec vos rapports d’activités :

Rendez-vous sur l’article de la Harvard Business Review

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *