Mieux manager la génération Y

Manager les Générations Y et Z : Un vrai casse-tête vous dites ?

Comment réussir son management avec la génération Y ?

En 2015, la génération Y représentait 40 % de la population en entreprise. Un chiffre qui ne fait qu’augmenter. Pour éviter que ce choc des générations ne soit trop explosif, mieux vaut bien connaitre ces jeunes talents exigeants. Marjorie Leblanc, Directrice Marketing de Booster Academy, vous donne quelques repères pour mieux appréhender les digital natives et adapter son management en conséquence. En effet, mieux comprendre leurs attentes semble essentiel pour réussir à les séduire et à les conserver à long-terme.

Un équipement approprié

C’est un fait, la génération Y est réputée pour avoir à la fois un téléphone greffé à son oreille et une aisance naturelle avec les nouvelles technologies. Habitués à leur smartphone et ordis portables derniers cris, ils sont sensibles à l’équipement que vous leur proposerez pour intégrer votre entreprise. Si vous leur refourguez un ordinateur poussiéreux de 4 ans d’existence dans un coin du bureau, cela risque d’effrayer votre recrue et ne pas l’inciter à rester. Idem pour le téléphone pro, cette génération préfère souvent utiliser son propre téléphone ou du moins un qui se rapproche de ses habitudes. Ainsi, la qualité de vos équipements revêt une importance capitale pour ces jeunes futurs directeurs commerciaux.

Un besoin de reconnaissance

Vous ne comprenez pas pourquoi votre jeune collaborateur vous sollicite sans cesse pour avoir un retour sur son travail ? Et bien cette génération a un fort besoin de reconnaissance de la part de sa hiérarchie. Perpétuellement en quête « d’apprentissage », ils souhaitent que vous évaluiez et validiez chaque étape qu’ils franchissent. Aussi, n’ignorez pas dans votre management ce besoin qui fait partie intégrante de leur caractère et de leurs attentes. Si cette génération est individualiste, l’affirmation de soi passe aussi par le regard des autres. Le vôtre est donc très important.

La formation, un enjeu de taille

La génération Y est aussi la génération du « pourquoi ? ». En effet, leur besoin de reconnaissance et d’admiration de leur hiérarchie se traduit par un fort désir d’apprendre. Ainsi, dès qu’ils ont le sentiment de tourner en rond, ils changent d’entreprise. Pour les retenir, il faut intégrer un enjeu de formation à la hauteur pour les monter en compétences et les évaluer. Désormais, les RH ont l’obligation de faire des bilans de compétences. C’est très positif car cela répond à la demande du collaborateur.

En outre, on entend souvent dire qu’il n’y a plus de budget pour la formation et c’est faux. Au contraire ils sont voués à augmenter car les dirigeants ont l’obligation de former leurs employés. Cependant, la formation classique, en présentiel avec un consultant bedonnant qui récite son Power Point, est à proscrire ! Il faut jouer la carte de l’innovation et de la modernité en privilégiant le e-learning et le blended learning.

Un story telling fort

Le digital native est bien loin du chasseur de prime. Il a besoin de faire partie d’une histoire et de croire aux avantages des solutions qu’il propose. Dès lors, faciliter et améliorer la vie des clients donne du sens à son métier. C’est sa raison d’être au travail. Mobile et indépendant, il peut facilement devenir volatil si on ne met pas en place les leviers spécifiques, nécessaires à sa motivation. Pour cela, vous devez prendre le temps de lui expliquer les avantages de votre produit ou de vos services et de les ancrer dans des problématiques profondes. Le but étant qu’il s’approprie leur histoire et sente leur utilité véritable.

Enfin, la génération Y nécessite un management adapté. Pour garder et motiver les nouveaux talents, donnez-leur de la flexibilité !

Quid de la génération Z ?

La génération Z (comme zapping) est la seconde génération à avoir baigné dès leur plus jeune âge dans la mondialisation. Elle se démarque de la génération Y par une recherche de liberté encore plus accrue. A la fois multi-langues et multi-tâches, les Z semblent partagés entre leur culture nationale et internationale. En effet, près de 34% se considèrent comme des “citoyens du monde”. Capable de combiner plusieurs attributs en même temps, cette génération cherche à interagir en permanence avec son environnement. Elle n’hésite pas à développer son réseau qui, selon eux, est la clé de voûte pour réussir sa vie professionnelle.

La génération Z demande une nouvelle façon de manager

 

Qu’attendent-ils de leur(s) manager(s) ?

Les Millennials espère avant tout pouvoir entretenir des relations de qualité avec sa hiérarchie directe. Elle accorde beaucoup d’importance aux qualités de leadership, bien plus qu’à la renommée des diplômes.  Elle souhaite un manager avec une bonne capacité d’écoute et accordant une grande confiance à ses équipes. Pour l’attirer et la conserver, il conviendra de la faire évoluer dans un milieu suffisamment agile et flexible, avec une hiérarchie davantage aplanie (plus flat) et plus tournée vers l’humain. Leurs missions devront être porteuses de sens afin qu’ils sentent un réel intérêt à s’investir dans les projets de l’entreprise.

 

formation prépa mentale


Marjorie-Leblanc

Écrit par Marjorie Leblanc

Directrice marketing de Booster Academy, experte en digital marketing depuis 15 ans, quand Marjorie n’est pas devant son Mac, vous la trouverez dans une salle de ciné ou de théâtre.

 

2 réflexions sur “Manager les Générations Y et Z : Un vrai casse-tête vous dites ?

Répondre à Hélène Ferrari Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *