Management du changement

[Management] Bien mener la conduite du changement en entreprise ?

Mener la conduite du changement dans son service, entreprise ou organisation, c’est souvent devoir se confronter à de nombreuses barrières.

Casser le “La loi existe, d’ailleurs, elle a toujours existé !”

Ce précepte résume assez bien les habitudes prises dans le monde professionnel : on fait des choses et on ne sait même plus pourquoi on les fait. Chaque manager se doit de vérifier les process qui méritent d’être améliorés, de les changer dans la mesure du possible et d’identifier les collaborateurs réfractaires au changement.

Car la conduite du changement est un levier délicat à gérer. Ainsi, la résistance au changement est en réalité un processus de deuil. Les individus ou groupes d’individus résistent afin de défendre une méthode habituelle ancrée dans les mœurs. Le fait de devoir changer oblige à oublier une ancienne méthode : c’est le deuil.

Les freins au changement pour défendre une position ancienne

Face au changement, on peut lister de nombreux freins

  • résistance individuelle au changement ;
  • résistance collective au changement ;
  • crainte de l’échec ;
  • perte de statut ou d’avantages ;
  • conflit permanent avec l’entreprise ou son représentant ;
  • problème de timing ;
  • incapacité à démontrer l’intérêt des nouvelles solutions.

Ces raisons sortiront un jour ou l’autre, le fait de cadrer les choses vous permettra d’entendre rapidement les “résistants” et de les traiter en entretien individuellement.

Il convient d’intervenir à deux niveaux :

  • Le management des mauvaises habitudes ;
  • Le management des “nouvelles” bonne habitudes face à la résistance au changement.

“Vaincre l’ennemie sans combattre est une victoire parfaite” Sun Tzu

Pour éviter de recadrer , la logique d’action est de réfléchir à tout ce qui pourrait amener à terme des écarts. La méthodologie la plus simple est de prendre une feuille et d’écrire point par point ces éléments.

Dans un second temps, il vous faut lister tous les items et voir à quel moment vous souhaitez évoquer ces sujets avec vos collaborateurs ; en réunion collective ou en entretien individuel.

En effet, ces choix dépendent pour partie de votre activité, mais vous allez remarquer qu’il y a un “corps” commun de Management quelque soit son métier. Et, comme par hasard, dans ce corps commun, se trouve ce qui énerve le plus, à terme les managers.

Et pour les actions ou comportements non prévisibles ?

Bien entendu, et comme dans toute chose, ne vous fixez pas comme ambition de réussir à prévoir tous les cas de recadrage possibles. Si c’était faisable, un merveilleux ordinateur le ferait… pourrait prévoir… et surtout finirait par remplacer les managers ! Fixez-vous comme objectif d’essayer d’anticiper un maximum d’écarts potentiels afin de les limiter ; plus vous les limiterez, plus vous serez serein pour mener des recadrages spécifiques.

4 actions à mettre en oeuvre pour éviter les recadrages :

1) Les règles de vie, je fixerai en réunion

Lors de votre première réunion managériale, ou bien à l’occasion d’un nouveau semestre, ou encore d’une nouvelle année, la réunion fondatrice des règles de vie est une occasion magnifique de fixer les règles du jeu dans le détail.

En effet, nous constatons lors de nos séminaires que les managers craignent généralement de faire cet exercice pour deux raisons. D’abord, ils craignent d’être perçus comme un manager dur. Ensuite, ils craignent d’affronter une situation conflictuelle durant la réunion.

Pourtant, c’est justement le fait de ne pas insister sur les règles du jeu qui prépare des moments difficiles pour le manager. Votre collaborateur a, en effet, besoin de sens, de directions, d’un cadre et d’ambitions  !

Ainsi, il est donc nécessaire d’instaurer des règles de vie qui fixent les limites et cadrent l’espace de liberté accordé à l’équipe.

2) Les règles de vie, je rappellerai en réunion

Une fois les “règles de vie” formalisées, il reste à les faire valider en tête-à-tête. Pourquoi ? Pour éviter, dans quelques mois, la désagréable remarque “Oui mais, quand tu as dit cela en réunion, je n’étais pas pour mais personne n’a rien dit, je n’ai pas osé relevé !“. Une fois de plus, cet entretien individuel permet d’anticiper d’éventuelles réticences.

3) Le descriptif de fonction je relirai en entretien individuel

Il convient également de mettre en oeuvre un recadrage sur les missions principales de l’activité. Il n’est pas simple pour vos collaborateurs de comprendre les objectifs voire les finalités du poste à tenir. Le descriptif de fonction est un outil permettant de fixer le cap des attentes de l’entreprise dans le métier. Le descriptif de fonction exprime réellement les attentes vis-à-vis de chacun et répond au fameux “pourquoi je suis payé ?“.

4) Les rituels managériaux, j’organiserai et je maintiendrai

Les rituels managériaux en lieu et place d’us et coutumes concernent tous les temps managériaux. Ils sont parfois collectifs, parfois individuels. Ils sont à chaque rencontre l’occasion de rester sur les principes basés sur les règles de vie et le descriptif de la fonction. Et ils permettent de rappeler vos attentes, d’apporter du feedback ou de développer de nouvelles compétences. Enfin, ils servent surtout à anticiper les moments délicats.

Pour en savoir plus, retrouvez l’extrait tiré du livre de Nicolas Dugay (DG Associé chez Booster Academy) : Recadrer sans stress (soyez plus efficace lors de vos entretiens de recadrage !)“.

formation-management-mieux-manager-et-motiver-ses-equipes


nicolas dugayÉcrit par Nicolas Dugay

DG en charge des activités Corporate, auteur de 8 ouvrages sur le management, la vente et la préparation mentale, Nicolas accompagne de nombreux dirigeants et sportifs professionnels. Quand vous ne le trouvez pas au bureau, il est certainement dans l’eau…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *