entrepreneur à succès

Entrepreneur à succès : les 3 caractéristiques clés à cultiver

L’entrepreneur à succès : un tempérament à part

Beaucoup d’entrepreneurs partagent des caractéristiques communes qui les différencient de leurs pairs. Quels sont ces traits de caractère qui font le tempérament de l’entrepreneur à succès, qui le pousse à se dépasser ? Ces caractéristiques peuvent s’acquérir, moyennant un fort travail sur soi. Evelyne Platnic-Cohen nous donne son avis sur la question.

1) La conviction comme pouvoir de persuasion

Neuf fois sur dix, c’est la quasi-certitude de ne pas être persuasif qui rend les gens… peu persuasifs. Croyez-moi, derrière cette fulgurance intellectuelle de votre serviteur (car le terme “serviteuse” n’existe pas) se cache un vrai conseil applicable : il faut d’abord croire en soi pour espérer convaincre les autres. Des encyclopédies entières ont été écrites sur ce sujet. Vous n’avez ni l’envie, ni le temps de les lire ? Alors retenez au moins cette astuce qui consiste à visualiser votre réussite avant même qu’elle n’existe.

Confortablement installé dans votre sofa, fermez les yeux et imaginez-vous en train d’annoncer à vos amis que vous venez de déposer les statuts de votre boîte. Leurs réactions précises, la bonne surprise qui se lit sur leur visage, les précisions qu’ils vous réclament sur votre plan d’action, le bouchon de champagne qui saute… Cela peut être d’imaginer remporter un prix ou une compétition qui vous tient à cœur. Le parallèle entre l’entrepreneur et le sportif est d’ailleurs intéressant à noter. Il existe beaucoup de similitudes dans l’optimisation des performances entre l’athlète de haut-niveau et de l’entrepreneur à succès. On pense, par exemple, à l’aspect préparation mentale pour provoquer l’état idéal de performance.

Bref, une fois que vous êtes bien enivré de ces belles images, prenez votre téléphone d’une main et votre courage de l’autre afin de demander un entretien à ce business angel qui vous a laissé entendre qu’il pourrait être intéressé par votre projet.


N’oubliez jamais :

  • qu’il n’existe pas de meilleur entraînement que la situation réelle. Pas de miracle, c’est en multipliant les entretiens d’embauche que vous deviendrez un candidat performant. Et cette vérité fonctionne bien sûr pour chaque type de rencontre exigeant de la capacité de persuasion. Tant qu’elle vous permet de parfaire votre efficacité en rendez-vous, toute entrevue professionnelle est donc utile.

2) L’auto-discipline

Si la volonté de ne pas procrastiner constitue déjà en soi un excellent début, n’allons pas non plus jusqu’à considérer que cela suffit à maîtriser son timing. Ne rêvons pas, le naturel revient souvent au galop. C’est la raison principale pour laquelle l’entrepreneur à succès appliquent le principe des indicateurs clés de performance. Plutôt que de se contenter d’un objectif incertain en termes de chiffres d’affaires, ils s’astreignent à un nombre précis d’actions rythmées selon un calendrier préétabli. Par exemple, cinq appels téléphoniques de prospects par jour, quinze relances de clients en sommeil par mois, deux déjeuners d’affaires par semaine… Le type d’indicateurs clés de performance varie en fonction du type d’activité de chacun et ce n’est pas là l’essentiel. Retenez plutôt l’esprit de cette méthode qui permet de s’assigner des actions atteignables à coup sûr et surtout aisément mesurables.


N’oubliez jamais

  • qu’entretenir sa forme fait partie des grosses pierres, pas des petits cailloux ! Il est certes possible d’estimer que l’on a toujours plus important à faire que d’aller à sa séance de yoga ou à sa partie de tennis. Faute et même double faute. Car dans ce genre de ressourcement, impossible de tenir très longtemps à un rythme d’enfer.
  • de fixer des étapes clairement définies, ainsi qu’une date limite à vos travaux importants. Le rétro planning précis est en effet le seul moyen de ne pas se réveiller un beau matin en découvrant que son projet a pris trois semaines de retard.

3) Saisir les opportunités

“Il n’est pas croyable ce Jean-Eudes ! Dès qu’un super-poste se libère, il correspond pile poil au profil. C’est la troisième fois que ça arrive en deux ans. D’accord, il bosse dur, mais c’est loin d’être le seul dans la boîte…” Les cadres qui connaissent des progressions éclair dans leur carrière sont souvent observés avec une certaine forme de suspicion par les autres. Nombre de leurs collègues y voient même le signe de la veine… de pendu. Ont-ils suffisamment analysé les raisons profondes du parcours TGV dudit Jean-Eudes ?

Se sont-ils interrogés sur son plan d’action pour obtenir toutes ces promos semblant tombées du ciel ? Ont-ils déjà cherché à comparer son niveau d’ambition professionnelle avec celui de la moyenne des salariés ? Bref, n’ont-ils pas mis tout cela un peu trop vite sur le dos de la chance ? En entreprise comme ailleurs, le succès se laisse charmer par celui qui lui fait de l’œil. En d’autres termes, ce n’est pas parce que vous n’avez pas démérité dans votre travail que cela peut suffire à “booster” votre carrière. Si vous voulez vraiment progresser, commencez par le… demander ! A défaut, Jean-Eudes le fera avant vous.

Se montrer visible

De même, on n’imagine pas le pourcentage de salariés qui expriment le souhait d’évoluer professionnellement, mais sans savoir précisément comment. Pour laisser frapper la chance à sa porte, commencez par devenir un peu mégalo. Vous entendez dire qu’un de vos collègues qui occupe le poste de vos rêves aurait des velléités de départ ? Pas d’hésitation, c’est le moment idéal pour faire passer le message que vous vous verriez bien occuper des fonctions approchantes, que vous vous sentez prêt à endosser de telles responsabilités, que vous avez fait le tour de votre job actuel et qu’il vous faut un challenge digne de vos compétences, etc.

Bref, sans aller jusqu’à réclamer la tête de ce type que vous projetez de remplacer, semez vos graines au cas où… Le jour venu, on pensera naturellement à vous. Et si tel n’est pas le cas, vous aurez au moins marqué des points pour le tour suivant.


N’oubliez jamais

  • de remercier chaleureusement tous ceux qui vous ont rendu un service. On dit que la chance sourit aux audacieux. Mais elle sourit aussi beaucoup aux être reconnaissants.
  • qu’en analysant objectivement les causes d’un échec, on crée les conditions idéales d’une future opportunité.
  • que ce sont bien plus souvent vos liens faibles (les gens que vous connaissez très peu) que vos liens forts (famille et amis) qui vont vous aider à trouver votre prochain job ou votre client clé.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Voyez-vous d’autres caractéristiques communes aux entrepreneurs qui réussissent ? Donnez-nous votre avis en commentaire.

valoriser son activité


photo-signature-epc

Écrit par Evelyne Platnic Cohen

Fondatrice et PDG de Booster Academy
Quand elle n’est pas chez un client, elle est en marche nordique ou dans un cours de Zumba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *